Témoignages

Chefs, cheftaines, responsables de groupe, chargés de mission... Ils témoignent de ce qui les pousse à être bénévoles au sein de l'association.

Voir les Témoignages :

Jacques

"Quand j’étais jeune, j’ai toujours admiré mes chefs de par leurs expériences et leurs connaissances. Suite à mon déménagement, j’ai décidé de reprendre l’aventure scoute afin de redonner ce que j’ai appris à mes jeunes. C’est là que l’aventure commence ! Être chef n’est pas une fin, mais le début de quelque chose d’autre. Aujourd’hui, et jour après jour, j’en apprends plus sur moi-même, je me surpasse, je me forme en passant les étapes du BAFA, tout en faisant ce pourquoi je suis devenu chef, transmettre mon expérience. Le plus beau dans tout ça, c’est qu’à la fin de chaque rencontre, je me dis que ce n’est que le début !"
Quentin, 23 ans

J’ai rapidement senti le besoin de m’engager pour être chef, afin de transmettre à mon tour ce que j’avais reçu pendant mes années en tant que jeune. La confiance qui nous est accordée par les parents, les responsables et les autres chefs, dès nos premières rencontres, nous permet de gagner en assurance et en responsabilités. Sans compter sur l’accompagnement qu’on reçoit, l’enrichissement des formations proposées et les rencontres qui permettent un riche partage d’expériences. Personnellement, être chef, c’est surtout transmettre les valeurs du scoutisme aux plus jeunes, les aider à grandir et se dépasser pour « devenir des hommes et des femmes heureux, utiles, artisans de justice et de paix » comme nous l’inspire l’association. Cela m’a beaucoup aidé à me construire tant personnellement que professionnellement, puisque j’ai choisi de me réorienter pour me diriger vers des professions au service de l’enfance et la jeunesse. C’est un engagement qui nécessite du temps, mais il n’y a rien de plus satisfaisant que de voir les jeunes évoluer, se dépasser année après année et être chef à leur tour.
A Quand la Prochaine?

Connaissez-vous cette sensation ?

Quand après une longue journée de travail, vous retirez vos chaussures pour enfiler vos douillets chaussons ou bien vous vous jetez dans un bain bouillant et mousseux ?

Quand après avoir couru toute la journée, vous avez enfin l’occasion de vous asseoir sur un siège et déguster un bon thé ?
Ce « ahhhhhhh », qui résonne dans tout le corps et toute l’âme
C’est bon vous voyez ?

Et bien mon « ahhh » à moi c’était ce samedi 30 janvier quand nous avons pu enfin retrouver nos Louveteaux et Jeannettes.
A cette occasion et parce que la situation sanitaire risquait de nous reconfiner, nous avons décidé, nous les cheftaines de passer la journée dehors malgré la petite pluie.

Cependant nous avons donné deux choix aux enfants. Soit, nous restons près de notre local pour aller dans une petite forêt, mais pour un cache-cache/loup-garou grandeur nature, ce n’est pas l’idéal aux vus du faible nombre de cachettes, soit nous marchons une demi-heure pour aller vers une autre forêt, une vraie forêt pleine d’arbres parfaits pour ne jamais être trouvés, mais qui selon les rumeurs serait inondée, et de ce fait nous obligerait si c’est vrai, à faire demi-tour vers l’autre forêt, en guise de plan B.

« A droite : les aventuriers, A gauche, les valeurs sûres »
Les aventuriers ont gagné. Nous voilà partis pour la Grande Forêt. C’était un pari réussi puisque nous avons trouvé une zone non inondée, parfaite pour notre jeu.

Nous avons donc, marché, mangé, joué et même échangé des cadeaux, (fait-maison s’il vous plait !) pour fêter la bonne année !
On est repartis au local, on a goûté et pour récompenser les enfants, parce qu’ils ont été géniaux pour relever nos défis de scoutisme à la maison à cause du confinement, et tout simplement parce qu’on les adore ; on leur a offert un insigne personnalisé de scoutisme à la maison ! (Il représente une tente posée dans un salon).

Bref, les enfants nous avaient manqué. Les rires, les agacements, les « j’ai faaaimmm », les « j’ai envie de faire pipi, je vais où ? », les « Guiiiiillhhhène » et les « Syaaane » ; tous ces petits détails construisent chaque jour ma vocation scoute, et ce fameux « aahhhh » que je ressens quand ils disent avoir passé une bonne journée et que j’ai déjà hâte de les retrouver.

Pour terminer : si je vous dis avoir des nœuds ? Vous pensez à quoi ? Personne n’aime avoir des nœuds dans les cheveux et encore moins au cerveau, mais tout bon scout aime les manier pour faire tenir une table.
Donnez aux Louveteaux et Jeannettes quelques heures de votre temps et avec leurs sourires, leurs anecdotes, leurs personnalités, ils construisent en vous des nœuds scouts : on appelle ça des liens de famille, des liens de peuplade.

Les cheftaines orange : Guilhène et Syane

Photos Picnic au lac de l'Oustalet

Solène, 21 ans

"Si le scoutisme m'a de manière générale énormément apporté dans mon épanouissement personnel, être cheftaine en a été l'aboutissement. Ce temps que je donne bénévolement à organiser des rencontres avec les jeunes, des week-ends en pleine nature, des camps déconnectés de la vie quotidienne, m'est rendu en tant d'autres choses: des sourires, des rencontres, des aventures, de la reconnaissance... Mais surtout, de la confiance: la confiance des jeunes, des autres chefs, des parents, et de moi-même. J'apprend à me dépasser, à me mettre à la place des plus jeunes et faire de leurs besoins ma priorité, à m'adapter, à faire de mon mieux avec le strict minimum. Tout ce que je vis en tant que cheftaine me permet de me construire personnellement, de voir plus grand, plus simplement, plus positif. C'est une façon de vivre et d'être qui fait de moi quelqu'un de meilleur et me permet d'oser avancer dans la vie avec plus de confiance."